Saupoudrer de sel

Si le verbe sau­pou­drer si­gni­fie aujourd’hui et de­puis des siècles ré­pandre, dis­per­ser, par­se­mer une sub­stance pou­dreuse, éty­mo­lo­gi­que­ment et dans son sens strict il si­gni­fie pou­drer de sel (du la­tin sal et de pou­drer). « Sau­pou­drer de sucre » (ou de fa­rine) de­vrait donc n’avoir au­cun sens, de même que « sau­pou­drer de sel » de­vrait être consi­déré comme un pléo­nasme.

Ce­pen­dant, la res­tric­tion éty­mo­lo­gique de ce terme ayant à peu près to­ta­le­ment dis­paru, il n’est pas fau­tif d’employer sau­pou­drer dans des contextes qui in­cluent autre chose que du sel. Pour leur part, les pu­ristes pré­fé­re­ront cer­tai­ne­ment s’en te­nir à des équi­va­lents neutres, tels que ré­pandre, dis­per­ser, par­se­mer, pou­drer, nap­per, ta­pis­ser, etc.