Se rappeler / Se souvenir

Parmi les erreurs les plus répandues, celle-ci atteint sans doute la première place. Se rappeler et se souvenir sont deux verbes pronominaux employés indifféremment dans le langage courant, alors qu’ils ne se construisent pas de la même façon. Se rappeler doit être suivi d’un complément d’objet direct, et se souvenir est suivi de la préposition de.

On se rappelle quelque chose, mais on se souvient de quelque chose.

Pour cette raison, on ne pourra pas dire je m’en rappelle (en signifie de quelque chose), mais je me le rappelle ou je m’en souviens.

L’erreur commune consiste à mélanger les deux constructions : c’est ainsi que se rappeler de (quelque chose) s’est imposé, défiant les règles syntaxiques qui le différencient pourtant de son synonyme.

 

Exemples :

Je me rappelle le voyage de l’an passé / Je me souviens du voyage de l’an passé.

Je ne me rappelle pas son nom / Je ne me souviens pas de son nom.

Cet événement, je me le rappelle / Cet événement, je m’en souviens.

Je me souviens de vous (et non : je me rappelle de vous / je me rappelle vous / je me vous rappelle [sur le modèle de « je me le rappelle »]).

 

Cependant, l’expression je m’en rappelle est correcte si en est complément du nom et non du verbe.

Cette histoire est ancienne, mais je m’en rappelle tous les détails (= je me rappelle tous les détails de cette histoire).

 

Se rappeler s’emploie avec que, et se souvenir avec dont.

Les faits que je me rappelle sont tout à fait différents.

Les faits dont je me souviens sont tout à fait différents.

 

Cas particuliers :

Se rappeler de est correct lorsqu’il est suivi d’un infinitif présent (marquant une intention, un acte à accomplir). On peut généralement le remplacer par penser à :

Rappelle-toi de faire tout ce que je t’ai dit.

Il doit se rappeler de tout organiser pour la fête de ce soir.

 

Se souvenir peut éventuellement s’employer sans la préposition de lorsqu’il est suivi d’un infinitif passé. Dans ce cas, les deux tournures sont possibles, bien que l’emploi de la préposition soit préférable :

Je me souviens l’avoir accueilli.

Je me souviens de l’avoir accueilli.

 

En revanche, l’Académie n’autorise plus aujourd’hui se rappeler de + infinitif passé :

Je me rappelle l’avoir accueilli (tour admis).

Je me rappelle de l’avoir accueilli (tour vieilli, à déconseiller).

 

Laisser un commentaire