Près (de) / Prêt (à)

Les mots de même pro­non­cia­tion et de sens dif­fé­rents sont ap­pe­lés ho­mo­phones. Près et prêt en font par­tie et donnent lieu à de fré­quentes confu­sions lors­qu’ils sont em­ployés dans les lo­cu­tions près de et prêt à. C’est alors un nou­velle lo­cu­tion – hy­bride – qui voit le jour et que les mé­dias no­tam­ment po­pu­la­risent joyeu­se­ment : prêt de. On as­siste ainsi à des phrases dé­pour­vues de sens telles que « elle n’est pas prête de re­com­men­cer » (au lieu de « elle n’est pas près de re­com­men­cer »).

 

Près de est une lo­cu­tion pré­po­si­tion­nelle in­va­riable (for­mée de l’ad­verbe près et de la pré­po­si­tion de). Elle si­gni­fie sur le point de et an­nonce une in­ten­tion, une réa­li­sa­tion im­mi­nente.

Il n’est pas près de par­tir.

Elle n’est pas près de le suivre. (Et non prête de.)

Elles ne sont pas près de chan­ger.

 

Prêt à est une lo­cu­tion ad­jec­ti­vale (for­mée de l’ad­jec­tif prêt et de la pré­po­si­tion à). Elle s’ac­corde avec le nom au­quel elle se rap­porte et si­gni­fie pré­paré à, ap­prêté pour.

Il n’est pas prêt à par­tir.

Elle n’est pas prête à le suivre.

Elles ne sont pas prêtes à chan­ger.

 

Ci-des­sous, une pu­bli­cité très élo­quente du Pe­tit Mar­seillais. Nous pas­se­rons sur le trait d’u­nion man­quant (« re­trouve-moi ») :

Correctissimo.fr